Perdre du poids, ça se prépare !

Aujourd’hui, je souhaite vous parler de la perte de poids. La vraie. Pas une perte de poids de 2 ou 3 kg avant l’été ou après les fêtes; non, je vais vous parler de celle qui dure des mois. Vous savez, cette perte de poids qui nous obnubile, celle qui nous fait compter les calories (erreur!), celle qui nous fait sourire lorsque les kg diminuent, celle qui nous donne envie de jeter la balance lorsque le poids stagne, celle qui nous rend fier(e) lorsque les résultats sont visibles, lorsque les compliments fusent, celle qui nous ronge parce que, pour certaines personnes, perdre du poids c’est (très) compliqué mais le stabiliser, c’est encore plus dur !

Cet article n’a pas pour but de vous parler d’alimentation (vous avez les bases de l’équilibre alimentaire ici). 

De nombreuses personnes sont réticentes au traitement (oui traitement car l’obésité est reconnu depuis 2001 comme une pathologie par l’ O.M.S, organisation mondiale de la santé). Pourquoi? Simplement parce que perdre du poids suppose :

  • D’être prêt(e) à demander de l’aide à une personne compétente (médecin, diététicienne-nutritionniste…) : il faut donc reconnaître sa vulnérabilité mais surtout, être prêt à laisser des personnes inconnus, les professionnels, à entrer dans son intimité (antécédents médicaux, familiaux, relation avec la nourriture etc…).
  • D’être prêt(e) à se détacher de la nourriture : pour beaucoup de personnes souffrant de surpoids/obésité, la nourriture est devenue un refuge, un cocon…parfois un ami. Certains en sont conscients; la nourriture est présente lorsqu’ils sont tristes, fatigués, agacés, seuls mais aussi lorsqu’ils sont heureux, joyeux. Ces personnes ont tendance à manger en fonction de leurs émotions, sans même avoir faim. Juste pour se sentir mieux. Mais finalement, se sentent-elles vraiment mieux? Non puisqu’elles finissent par culpabiliser. Néanmoins, c’est un long travail pour ces patients qui les attend. Manger avec plaisir oui mais manger avec faim !
  • D’être prêt(e) à changer son mode de vie : la perte de poids ne se fait pas en claquant des doigts! Il faut savoir se remettre en question. Modifier son alimentation*, apprendre à gérer ses émotions, apprendre à écouter son corps, ses sensations (la satiété, la faim, l’envie), se bouger le popotin, sortir de sa zone de confort. Il va aussi falloir apprendre à être patient, à affronter des coups de mou, des paliers.
  • D’être prêt(e) à voir son corps se modifier : je ne vise pas les désagréments tels que la peau distendue, les vergetures mais plutôt les points positifs. Quand vous perdez plusieurs kg, votre entourage le remarque et, plein de bonne volonté, il ne cesse de vous complimenter. Pour autant, c’est parfois difficile à supporter pour certaines personnes. Apprenez à accepter les compliments! L’image que reflète le miroir est parfois brouillée par vos mauvaises pensées. Je m’explique: vous perdez du poids, modifiez votre garde de robes mais pour autant quand vous vous regardez dans un miroir vous avez l’impression d’être comme avant, avec tous vos kg. Et pourtant, vous vous trompez. Il faut donc être prêt à travailler sur l’image de soi, à apprendre à connaître ce nouveau corps, à se l’approprier. Également, il faut être préparé à, peut-être, changer sa façon d’être de manière générale. La perte de poids importante peut engendrer un changement de personnalité; pas obligatoirement négatif, au contraire, ça peut être une plus grande ouverture d’esprit, une timidité refoulée etc…
  • D’être motivée : ça coule de source mais pas n’importe quelle motivation. La motivation pour soi! Cela peut vous paraître logique mais je vous assure que bien souvent, la première motivation n’est pas pour soi mais pour autrui: perdre du poids pour plaire de nouveau à son conjoint qui nous regarde différemment, pour satisfaire mamie qui lance des pics à chaque visite sur vos bourrelets, faire taire tonton Jean au repas de famille qui trouve que « décidément tu as un sacré coup de fourchette », se sentir à sa place entourée de ses 3 copines taille 36 qui mangent une salade au resto etc…Si vous ne faites pas cette démarche pour vous, pour être mieux dans votre corps, pour ne plus souffrir de vos problèmes de dos, de digestions, de genoux ou autres, vous n’y arriverez pas c’est certain. Oui vous perdrez 2/3 kg mais pas plus, je vous l’assure. 

    Maintenant, vous savez à quoi vous attendre, Messieurs, Mesdames qui souhaitez perdre du poids. Vous allez y arriver ! Courage !

* Je souhaiterai également préciser, pour les bienveillants qui pensent qu’il suffit juste « de lâcher sa fourchette » pour perdre du poids, que certaines personnes prennent du poids en ayant une alimentation équilibrée & variée et une activité physique. La prise de médicaments, les dérèglements hormonaux, certaines pathologies peuvent être à l’origine d’une prise de poids.

Quant au facteur d’hérédité (souvent cité), il faut savoir qu’en réalité, il y a peu de cas d’obésité héréditaire. Bien sûr, quand les deux parents sont en surpoids ou obèses, les enfants le sont généralement aussi (ou le deviennent à l’adolescence). En cause, l’éducation nutritionnelle. Logiquement, si les parents ont une alimentation totalement déséquilibrée et une activité physique nulle, il y a de fortes probabilités que les enfants suivent le même chemin. C’est pourquoi, il est plus que nécessaire, pour vos enfants, de modifier vos habitudes tant alimentaires que physiques (pour infos: 3,5 % des enfants de -15 ans présentent une obésité et 15% un surpoids. Ces chiffres augmentent d’année en année).

Erika Rouer

2 réflexions sur « Perdre du poids, ça se prépare ! »

  1. Merci pour ces articles
    Nous avons de la chance d’avoir à l’Orange bleue une diététicienne aussi sympathique et compétente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page